Notre histoire

Notre histoire commence en 2014, quand dans la commune 6 de la ville de Quibdó, plus précisément dans le quartier El Jardin/zone minière, secteur La Victoria, a été lancé le projet appelé Global Entertainment. Initié par Jhon Neiver Borja Robledo, jeune originaire de la ville de Quibdó, producteur musical et avocat de l’université technologique du Chocó, qui avec la conviction de transformer les réalités difficiles, décide de faire germer la semence de la paix. C’est ainsi qu’est né ce projet, qui à travers la musique urbaine, visait à contribuer à la diminution et à la transformation des violences récurentes dans la ville telles que : la participation de jeunes à de multiples actes criminels et violents. En outre, offrir un espace de divertissement et de promotion de l’utilisation du temps libre pour ces jeunes qui, jour après jour, s’efforcent donc de ne pas participer activement à des événements conflictuels et violents. Jeunes qui, dans les rencontres de production et d’enregistrement musical, trouvaient le moyen idéal pour s’exprimer librement et se sentir en lutte contre les inégalités sociales.
 
En 2015 le projet prend de l’ampleur et différentes personnes se joignent à la cause, parmi lesquelles Leydi Manuela Mosquera Palacios, une jeune fille originaire de la municipalité d’Unguia – Chocó, qui a fait des études sur la prise en charge de la petite enfance et actuellement étudie sur le sujet de la communication sociale à l’université nationale à distance. Leydi occupe dans le projet le role de gestionnaire social. C’est elle qui après 3 ans (2018) et en vue de poser sa pierre à l’édifice du rêve commun de la diminution de la délinquance chez les jeunes, propose le cadre légal d’un grand projet sur lequel nous travaillerons. Il porte non seulement sur des thèmes musicaux, mais aussi sur des thèmes liés à des expressions artistiques, culturelles et sportives, en accordant une importance vitale à la promotion des compétences nécessaires dans la vie courante. C’est ainsi que nait la fondation Semillas de Oportunidades, qui concrêtise le rêve de sa fondatrice. Leydi et son partenaire John, en reconnaissant l’importance du travail d’équipe, convoquent un groupe d’amis (Co-fondateurs) provenant de différents endroits du Juba, pour realiser un rêve en commun et ensemble : ils décident d’unir leurs forces pour travailler à partir de cette fondation, organisation à but non lucratif, afin d’offrir des possibilités d’amélioration de la qualité de vie des adolescents dans les zones les plus vulnérables. Ceci passe donc par la promotion des compétences nécessaires dans la vie courante et la visibilité de la culture, l’art et le sport.

Le nom de la fondation naît de la métaphore entre le processus de germination d’une graine et les opportunités qui se présentent parfois. En d’autres termes, les graines sont les opportunités que nous sommes prêts à offrir (planter) aux enfants, aux jeunes et aux adolescents afin d’améliorer leur qualité de vie.

Des semences que, depuis la fondation, nous osons chaque jour planter et arroser, pensant qu’à court, moyen ou long terme, elles deviendront des occasions d’améliorer la qualité de vie de la population qui en bénéficie.